L’aventure CAP – [Etape 2 : l’entreprise !]

Gasteliers 1

Je suis désolée, j’ai vraiment traîné à vous raconter la suite de mes aventures d’étudiante, mais cette fois je prends le temps et je rentre dans le coeur du sujet : l’entreprise !

Au moment de l’inscription, on nous demande de trouver un stage en entreprise afin de valider notre CAP. C’est une étape indispensable à la validation de votre dossier, sans quoi vous ne pourrez pas intégrer la formation. Pour cela plusieurs possibilités selon le type de financement que vous avez obtenu :

  • Trouver un stage non rémunéré par l’employeur (si vous êtes rémunéré par la région, pôle emploi ou Fongecif). C’est tout bénéf’ pour l’employeur qui vous embauche gratuitement, mais cela implique que vous n’avez pas le droit de travailler les dimanche et jours fériés, et qu’il doit respecter vos jours de congés imposés par l’école (en ce qui nous concerne, nous avons 1 semaine de vacances en janvier et une en avril).
  • Trouver un contrat professionnel rémunéré par l’employeur. C’est très rare de décrocher ce type de contrat, car les employeurs savent qu’ils peuvent avoir des stagiaires à titre gratuit, et contrairement au contrat d’apprentissage (qui n’est valable que jusqu’à 25 ans et sur des formations classiques), ça leur coûte assez cher. Cependant, cela leur permet de vous faire travailler quand ils veulent, et vous avez vos 5 semaines de congés annuels.

Je suis plutôt chanceuse, sur Lyon les pâtisseries ce n’est pas ça qui manque. Et comme ma formation est prise en charge par pôle emploi et qu’ils me versent un salaire, j’ai pu jouer la carte de la gratuité pour l’employeur. En revanche, ça ne veut pas dire que j’ai tapé à toutes les portes pour atterrir chez le premier qui me dirait oui. Bien au contraire, j’ai pris le temps de la réflexion, j’ai étudié les pâtisseries qui m’intéressaient vraiment, en pesant le pour et le contre, et au final je n’ai postulé qu’au sein de 2 enseignes : Les Gasteliers, pâtisserie 100% sans gluten située au cœur du 6e arrondissement, et Sébastien Bouillet, dont la renommée n’est plus à faire, située à Miribel. J’ai d’abord contacté les Gasteliers, car vous commencez à me connaître, j’aime les pâtisseries atypiques, qui sortent des sentiers battus, et j’avais envie d’acquérir des compétences dans le sans gluten afin d’ajouter une corde à mon arc. Mon premier rendez-vous au mois de mai s’est bien passé, mais il était difficile pour le patron de m’offrir un stage alors que je n’avais pas encore eu la réponse de l’école (les commissions ont eu lieu en juillet, je vous laisse imaginer la difficulté de trouver un stage sans savoir si on a une école…). Je l’ai donc recontacté en juillet, en même temps que je postulais chez M.Bouillet. Le temps de la réflexion, le second me proposait déjà un essai le samedi matin. Ni une ni deux j’ai tout de suite rappelé Les Gasteliers avec la détermination d’avoir un contrat chez eux avant de faire un essai ailleurs, car c’était bien évidemment mon choix premier. En 5 minutes ça a été plié, j’ai rappelé Miribel, j’ai refusé l’essai, et je m’embarquais pour 8 mois au sein d’une équipe complètement folle, mais que je ne changerai pour rien au monde !!

Concernant mes horaires, le rythme demandé par l’école est simple : être en entreprise 3 jours par semaine en dehors des jours d’école, à raison de 7h maximum par jour, dimanche et jours fériés non inclus. Etant à l’école les lundi et mardi, j’ai pu m’arranger avec mon patron pour ne pas travailler les samedis. Je suis donc en entreprise les mercredi, jeudi et vendredi, de 8h à 16h avec une heure de pause. Je suis consciente que je suis un cas à part, la majorité de ma promotion travaille le week-end et commence très tôt, je savoure donc chaque jour la chance que j’ai et je pense fort à eux le samedi quand je fais la grasse matinée 😀 !!

Et une journée type chez Les Gasteliers, ça donne quoi alors ? 8h-16h, ça passe vite, surtout quand on touche à tout et qu’on aime ce que l’on fait. Le matin est essentiellement consacré aux préparations du jour à mettre en vitrine avant l’ouverture de la boutique. Tartes chocolat, framboises, citrons meringuées, poires amandes, les chouquettes, éclairs, Paris-Brest… plus d’une vingtaine de produits à la carte, dont une partie sont sans lactose. Mine de rien, ça en fait de la préparation. 1h de pause pour manger et on repart pour une après-midi où l’on prépare les entremets, les crémeux et confits, tout ce qui nous sert pour les préparations du matin. Car chez nous, rien n’est acheté tout fait, que ce soit les glaçages, crémeux, ou autres garnitures, nous utilisons majoritairement des produits bios et de saison, que l’on prépare et conditionne pour une utilisation rapide afin de proposer des produits frais et de qualité. Cela faisait aussi partie de mes critères de sélection lors de ma recherche de stage, car certains, même parmi les plus grandes pâtisseries lyonnaises, se fournissent de produits tout faits chez Métro. Nous, on préfère se fournir chez Valrhona ou les petits producteurs lyonnais (beaucoup de nos achats se font chez Ma Ferme en ville, juste à côté de la boutique !).

A mi-chemin de ma formation, le bilan de mon stage est hyper positif. Je m’éclate, j’ai une super équipe avec un super patron qui prend le temps de former ses apprentis, et ça n’a pas de prix. J’apprends beaucoup, avec des produits de qualité, et je sais que je sortirais de ma formation avec un bagage solide pour concrétiser mes projets. Contrat ou pas contrat à la fin de ma formation ? Affaire à suivre 😉

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s