La vie dans notre van aménagé

_DSF2853

De retour à Montréal, après 2 mois sur la route, il est temps pour moi de vous raconter un peu notre quotidien dans notre van durant ces 2 derniers mois. J’aurais pu vous en parler avant, mais on n’a pas eu tant le temps de se poser pour rédiger cet article, ou une connexion wifi assez stable, donc c’est le moment 🙂

2018_1024_17210500-01

On a mis un peu de temps à prendre nos marques, et on a eu la chance de pouvoir faire quelques stops chez nos amis pour ajuster la structure du lit avant de partir. Nous avons commencé par 1 semaine en Gaspésie, pour faire les tests et ajustements (du 31 août au 7 septembre), avant de prendre définitivement la route le 11 septembre. Les premières nuits ont été dures, il a fallu trouver quelques astuces pour bien dormir (on a compris à terme qu’il faut se garer un peu en pente pour ne pas glisser en bas du lit !) et laisser notre dos s’acclimater au matelas. Trouver comment ranger nos affaires sans avoir à tout retourner 15 fois, classer la nourriture par repas (petit dej VS dîner), réfléchir pour avoir la place de cuisiner dans le van quand il pleut (bah ouais, on n’avait pas un 20m² !!) et rester discret quand on se gare n’importe où. Les sacs allaient sur les sièges passagers la nuit, les rideaux étaient tirés pour nous isoler visuellement dans notre petite cabane, puis j’avais même un petit WC portatif au cas où c’était pressant et que je n’avais pas trop le courage de me frotter à un ours en pleine nuit (si si, je t’assures, tu fais pas le malin quand tu te gares dans une zone à grizzlis à 20h !!!). Grand luxe je vous dis !!

Au quotidien, notre vie était assez rythmée par les randonnées. Ce roadtrip était vraiment sous le signe de la nature, donc on visait les parcs nationaux, on dormait sur la route ou sur des arrêts que l’on trouve grâce à l’application iOverlander (une mine d’or quand tu es en roadtrip. En gros elle répertorie les spots gratuits où tu peux te garer pour la nuit, et c’est sur le principe de communauté, donc tout le monde peut ajouter un spot. Bref, elle nous a pas mal sauvé quand on cherchait où dormir, ou juste où trouver de l’eau potable.), on prenait le temps et on profitait !

Saison automnale oblige, on se couchait assez tôt et on se levait assez tôt. La nuit tombe vite en octobre-novembre, donc généralement on mangeait avant qu’il fasse nuit noire, on se faisait un brin de toilette (bah oui, on n’est pas des sauvages !) et on se posait dans le lit avec une série. Le matin, on prenait le temps de se réveiller (ou pas, ça dépend où on dort, et si on est dans une zone autorisée ou non… parfois tu dois tricher !), on déjeunait à l’extérieur sur des aires de pique-nique ou dans la voiture, et on partait en randonnée dans le coin ou en visite de la ville dans laquelle on était.  La moyenne de marche était à 10km par jour, 15 les grosses journées de beau temps. Autant vous dire qu’on a gardé la forme et que mon poids de grossesse me remercie aujourd’hui !!

Pour les douches, c’était au petit bonheur la chance ! On a réussi à prendre 2 à 3 douches par semaine, en s’arrêtant dans les campings des parcs provinciaux avant de reprendre la route. Les douches sont souvent payantes (1 ou 2$ les 5 minutes), mais c’est un luxe qu’on ne se refuse pas !! On a aussi expérimenté les piscines municipales, où tu payes quelques dollars pour l’entrée et tu peux te doucher, ou encore les community center (souvent des salles de sports communautaires où il y a des douches gratuites). Puis quand on ne pouvais pas se doucher, c’était l’option gant de toilette et petite bassine d’eau froide (ça pique !) ou petites lingettes pour bébés.

Et les repas ? Autant vous dire que les amoureux de cuisine que nous sommes n’ont jamais autant mangé de noodles (surtout le premier mois, ensuite on a décrété que c’était pas bon pour le bébé et moi) !!!! Ma cuisine me manque, mon four me manque, mais au final on s’est pas trop mal débrouillé. On avait une glacière qu’on utilisait plutôt comme garde-manger (à part dans la Death Valley, où on a essayé d’y mettre un peu de glace pour garder les bières de Monsieur au frais !). Nos repas du midi se faisaient surtout à base de salades, ou d’assiettes à base de produits frais que l’on achètait et que l’on consommait rapidement (concombres, raisins, carottes, pommes, houmous, philadelphia, etc.) et le soir c’était plutôt soupes ou noodles. Quand c’était grand luxe, on s’achètait des pâtes fourrées ou des gnocchis que l’on faisait à la poêle pour changer un peu ! Bon, on s’est quand même pas mal fait plaisir (on vient de faire le budget, du coup un peu trop ahaha), et on a fait quelques restaurants. Ça permettait de sortir un peu de la voiture, de partager un vrai moment en amoureux, et de profiter d’une bonne bière pour Monsieur ou d’une belle assiette de frites pour Madame 😉

Et notre couple dans tout ça ?? Certains nous ont posé la question de savoir si on se supportait au quotidien, si c’était pas trop long 2 mois non-stop collés serrés. Contre toute attente, tout s’est très bien passé ! Et pourtant, avec les hormones et la grossesse, c’était pas gagné !!!! Mais je crois qu’on était prêt pour ça, qu’au bout de 5 ans on a trouvé notre équilibre et qu’un voyage comme ça n’a fait que renforcer tout ce qu’on avait déjà. Le quotidien ne nous permet pas de nous voir autant, et ce genre de voyage, bien que temporaire, permet de se retrouver et de partager un peu plus qu’un métro-boulot-dodo. Si c’était à refaire, je n’hésiterais pas une seconde. On a eu de nombreux fous rires, parfois à en pleurer, quelques galères (je vous passe les détails des envies pressantes en pleine nuit !), mais surtout beaucoup de fun et de beaux souvenirs à raconter à notre fille, qui elle, était bien au chaud tout ce temps !

Bref, vous l’aurez compris, on a adoré notre mode de vie sur ces quelques mois. Nous sommes rentrés sur Montréal au bon moment, juste avant le grand froid qui s’installe depuis 1 grosse semaine (ressenti -20°C hier…), et on est contents de retrouver une douche tous les jours et un vrai toit chez nos amis. Mais ce type de voyage nous a permis d’économiser un maximum sur le logement (on n’en a payé AUCUN ! Toutes les nuits ont été faites dans la voiture, sauf 3 nuits en Couchsurfing à Chicago) et surtout de se faire plaisir en allant où on veut quand on veut, sans contrainte de temps ou de localisation.

Pour nous, aujourd’hui, c’est la définition parfaite de la liberté !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s